Sélectionner une page
  • voit kim muse rev_COR – copie

The Benevolent Sun

Pierre Bessard

2 500,00€

Northe Korea

Dimanche14Avril1991 Aujourd’hui, je rencontre une famille résidente à la cité Kwangbok, arrondissement de Mankyeundai un des plus grands quartiers de la ville, construiTe à la veille du XIIIe festival mondial de la jeunesse. Une mosaïque : ” le grand marécHal est notre soleil éterneL ”. L’avenue KwangBok c’Est plus de cent mètres de large, 6 kilomètres de long et de part et d’autre du boulevard, des barres d’immeubles, la route est déserte, pas une voiture ne circule. Le commissaire politique qui m’accompagne me raconte qu’elle peut servir en cas de conflit contre les impérialistes américains et le gouvernement fantoche de Corée du Sud comme piste d’atterrissage des avions de combat de l’armée populaire. La Mercedes aux pneus usagés me transporte dans ce quartier type banlieue défavorisée. Dans l’ascenseur, une jeune femme en à la charge, il est décoré presque comme une pièce d’appartement, chaise et petit meuble devant elle, fleur et tableaux de fleurs, elle monte, elle descend…

Tout le quartier me regarde, c’était vraiment inattendu, cette rencontre de la famille Kim Tcheung Il au cœur de la cité de Pyongyang. Rien de naturel, tout a été préparé, elle avait été prévenue la veille de ma demande. J’avais au hasard indexé le matin les fenêtres d’un bâtiment pour voir leurs réactions, et c’est accordé. La porte s’ouvre, un couple, leurs trois fils et la grand-mère, le père est responsable des pionniers à l’école. Il possède une bicyclette, et me donne le montant de son mois de salaire : 115 wons. C’est la grand-mère qui n’arrête pas de parler, la situation économique qui se détériore l’inquiète, elle me donne sa définition du socialisme en Corée, me parle de sa vie quotidienne, de la réunification… « Nous ne voulons pas d’un conflit, de la guerre, car avant tout ce seront les Coréens sur leur sol qui en souffriraient et non les Américains ». « 1600 grammes de riz coûtent 80 wons, mais avec les tickets de ration alimentaire cela ne coûte que 8 wons ». Comme beaucoup, à Pyongyang, ils ont une poule sur leur balcon. Le robinet de la salle de bains ne fonctionne plus, leur chambre est recouverte de lino et les murs de tableaux de chevaux galopants dans la nature, un paysage urbain de Pyongyang, et les traditionnels portraits obligatoires des 2 Kim. portraits du père et du que l’on retrouve partout dans toute la Corée même dans les endroits les plus reculés. Sans oublier la bibliothèque, avec toutes les oeuvres du grand leader Kim Il Sung et du cher dirigeant bien-aimé Kim Jong Il. « Parfois l’hiver il n’y a plus d’électricité et monter les 27 étages à pied fait faire de l’exercice, mais surtout il ne faut pas oublier ces courses au rez-de-chaussée, comme cela m’est arrivée ». Les coupures d’électricité sont courantes à Pyongyang, les usines tournent à 30% de leur capacité quand elles ne sont pas fermées. L’idéologie de Juche, l’autosuffisance, ne fonctionne plus, l’autorité de l’État s’effrite dans une corruption généralisée et le niveau de vie est bas, mais les Coréens sont habitués à cette austérité depuis de si nombreuses années. la grand-mère m’offre en partant un sac en soie multicolore qu’elle a réalisé elle-même, un cadeau pour Laure ma fiancée.

Plus que 2 en stock

Catégorie : Brands: .

Pin It on Pinterest

Share This